Kent Farrington et Gazelle s'adjugent le Rolex Grand Prix d'Aix-la-Chapelle

Kent Farrington & Gazelle (Photo: Tiffany Van Halle) Kent Farrington & Gazelle (Photo: Tiffany Van Halle)

Kent Farrington rentre dans l'histoire en remportant le Rolex Grand Prix d'Aix-la-Chapelle

Le soleil dardait ses chauds rayons sur l’impressionnante arène du CHIO d’Aix-la-Chapelle durant l’épreuve phare de cette manifestation, le Rolex Grand Prix. Sept couples de chevaux et de cavaliers réussirent à se hisser jusqu’au barrage où s’affrontèrent les meilleurs mondiaux. C’est l’Américain Kent Farrington qui remporta la récompense ultime avec sa rapide jument Gazelle, en 43.98 secondes. Dans un époustouflant finish, qui se joua sur le fil, le dernier partant, l’Allemand Daniel Deusser, tenta de battre le chronomètre de Farrington. Pourtant, malgré un électrifiant parcours sans faute, le cavalier local finit 0,37 seconde derrière le seul autre sans-faute et dût se contenter de la deuxième place.

Vous avez toujours dit vouloir gagner ici. Comment vous sentez-vous maintenant que vous avez enfin réussi ?

Tous les cavaliers veulent gagner ici. Je suis sorti de cette piste toute la semaine en regardant le mur des vainqueurs et en imaginant que mon nom y figurerait. Donc je suis si content de finir vainqueur. Je n’arrive toujours pas à croire que c’est vrai ! Le CHIO d’Aix-la-Chapelle est l’une des meilleures compétitions du monde. Je suis si fier d’avoir gagné ici.

Pouvez-vous nous raconter comment était le parcours ?

Je pense qu’il était typique d’un parcours d’Aix-la-Chapelle. Les meilleurs des meilleurs viennent ici, donc tous les obstacles du parcours sont difficiles. Gazelle a la capacité, la couverture et le respect et nous avons pu le tester durant les deux manches. Je pense que c’est la raison pour laquelle on voit tant de fautes durant l’épreuve, car toutes les parties sont un test et aucune n’est facile.

Que vous est-il passé par la tête à l’entrée du barrage alors qu’il n’y avait encore eu aucun sans-faute ? Avez-vous changé de stratégie ?

J’ai déjà été si prêt de la victoire dans cette épreuve. La dernière fois que j’étais au barrage, j’ai été le plus rapide, mais j’ai fait une barre. Alors aujourd’hui, je voulais faire mieux ! Je me suis dit que si j’étais sans-faute, je mettrais suffisamment de pression. J’ai donc mis en œuvre une autre stratégie et, aujourd’hui, ça a payé.

Quel est le tempérament de Gazelle ?

Gazelle est devenue une vraie professionnelle de ce sport. Elle connait la remise des prix, elle sait quand elle performe, elle sait tout ! Elle n’a pas toujours été comme ça. Mais maintenant, c’est une vraie pro.

Allez-vous poursuivre votre parcours dans le Rolex Grand Slam au Spruce Meadows ‘Masters’ ?

Absolument ! J’y serai ! Le Rolex Grand Slam est une très bonne initiative pour notre sport et je suis très heureux d’en faire à nouveau partie.

Beezie Madden (Photo: Tiffany Van Halle) Beezie Madden (Photo: Tiffany Van Halle)

Interview avec la cavalière US Beezie Madden

Il y a beaucoup d’Américains, ici, à Aix-la-Chapelle. Pourquoi est-ce une manifestation si particulière qui vous donne à tous envie de faire le voyage ?

Je pense que tout, l’ambiance, le public, l’infrastructure pour nos chevaux et nous, la tradition et les dotations, tout est réuni ici pour en faire un événement exceptionnel.

C’est une arène immense. Quelles sensations cela procure-t-il d’y monter ?

Je m’amuse beaucoup ici, j’aime les grands terrains. Mon cheval Darry Lou aime les grandes pistes, donc je me sens très à l’aise quand je monte à Aix-la-Chapelle.

L’équipe de la Coupe des Nations de vendredi était à forte majorité féminine. Aux États-Unis, ce sport semble dominé par les femmes, ce qui est moins le cas en Europe. Qu’en pensez-vous ?

Quand vous grandissez aux États-Unis, les petites filles adorent monter à cheval, tandis que les garçons préfèrent pratiquer d’autres sports. Donc, pendant l’enfance, ce sont les filles qui pratiquent l’équitation, pas les garçons. Une fois que l’on atteint le niveau international, on arrive à l’équilibre aux États-Unis.

Ce n’est pas anodin de faire la traversée depuis les États-Unis. Cela affecte-t-il la performance des chevaux ? Comment supportent-ils le voyage ?

Cela dépend du cheval. Cela ne pose pas de problème à la plupart des chevaux. Nous nous efforçons d’organiser le voyage afin qu’ils aient quelques jours pour se remettre avant de participer à une compétition. Mes chevaux arrivaient de Spruce Meadows. Il leur a fallu une semaine pour faire le voyage, récupérer, puis se préparer de nouveau à la compétition.

Vous avez une belle et longue carrière. Qu’est-ce qui vous maintien au top depuis pendant si longtemps ?

Je pense qu’en premier, vous devez être passionné de ce sport, aimer les chevaux et la compétition. Je suis aussi soutenue par une équipe formidable : par les personnes qui travaillent à l’écurie, par mon mari, John, qui gère tout et j’ai un excellent propriétaire.

Quel est le meilleur conseil que l’on ait pu vous donner ?

Un jour, un ancien Chef d’Équipe britannique m’a dit d’y aller et de m’amuser. Nous lui avons demandé de nous expliquer ce qu’il entendait par là, et il a répondu que si vous y allez pour vous amuser, vous vous autorisez à donner le meilleur de vous-même et à monter du mieux que vous pouvez, alors je me suis dit que c’était un excellent conseil.

Cela vous arrive-t-il encore d’être stressée ?

Je ne suis pas trop stressée. Je n’ai jamais eu trop de problèmes de stress. Mais je mentirais si je disais que je ne suis jamais stressée. Une fois que je suis à cheval, je me sens plutôt bien.

Ashley Neuhof (Photo: Rolex Grand Slam / Kimberly Beaudoin) Ashley Neuhof (Photo: Rolex Grand Slam / Kimberly Beaudoin)

Derrière l'objectif avec: Ashley Neuhof

Quelles sont les caractéristiques d’un photographe professionnel dans le sport équestre ?

Comme dans toute bonne photographie de sports, je pense que l’une des qualités les plus importantes est de pouvoir anticiper les moments. Quand vous vous retrouvez dans une ambiance aussi grandiose qu’Aix-la-Chapelle, je pense que c’est encore plus vital parce que non seulement vous essayez de capturer l’action sportive, mais vous essayez aussi de saisir la foule et l’ambiance. Il faut en permanence avoir trois ou quatre longueurs d’avance sur l’action – parfois vous y arrivez, parfois vous n’y arrivez pas, mais je m’efforce toujours de pouvoir passer facilement d’un endroit à l’autre pour photographier l’événement sous autant d’angles différents que possible.

Que ressentez-vous en photographiant le CHIO d’Aix-la-Chapelle ?

Les mots me manquent pour décrire Aix-la-Chapelle, c’est tout simplement magique. Il n’y a pas d’autre endroit au monde qui concentre un tel niveau dans ce sport. Le public est un public averti qui connait ce sport et, en tant que photographe, c’est très spécial parce que l’on ressent toute l’énergie derrière soi. Où que vous regardiez, il y a la foule, il y a des applaudissements, il y a tant d’émotion et c’est vraiment ce qui me motive en tant que photographe – c’est une véritable poussée d’adrénaline et les moments vécus ici n’ont leur pareil nulle part au monde.

Ressentez-vous plus de pression lorsque vous photographiez un Rolex Grand Prix durant l’un des quatre Majeurs Rolex ?

Absolument. Les Rolex Grands Prix me donnent les plus grandes poussées d’adrénaline. C’est nerveusement éprouvant parce que l’on a qu’une seule chance, les moments ne se produisent pas une deuxième fois de la même façon. Il y a cette fraction de seconde où il y a le poing brandi, la réaction de la foule ou l’émotion de l’équipe qui soutient le cheval, alors il ne faut pas la rater !

Quel est couple cheval-cavalier préférez-vous photographier ?

C’est une question difficile ! Les couples de chevaux et de cavaliers que j’aime beaucoup photographier sont ceux qui montrent la relation vraiment spéciale qui les lie. Je pense que tous les cavaliers qui concourent à ce niveau éprouvent un immense respect et une grande compréhension pour leur cheval et c’est ce que j’aime beaucoup photographier.

Restez informé / En vous inscrivant à notre newsletter
Des cookies
Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus